Actualités

Une semaine tragique pour Alep


par Giuseppe Caffulli |  7 mai 2016

Un des nombreux quartiers d'Alep détruits par les bombardements et les combats. (Photo d'archives)

Dans la banlieue de la ville et les villages environnants, de violents combats sont en cours contre les forces islamistes qui ont lancé une contre-offensive. Le témoignage des frères de la Custodie présents sur place.


A quelques heures du raid aérien qui a tué au moins trente personnes dont des femmes et des enfants dans un camp de réfugiés du nord-ouest de la Syrie, Alep peine à maintenir la trêve pourtant convenue par les Etats-Unis et la Russie le 3 mai dernier. Dans la banlieue de la ville et les villages voisins, de violents combats sont en cours contre les forces islamistes qui ont lancé une contre-offensive. Les bombardements de l'aviation russe se poursuivent près d'Irbid et de la frontière avec la Turquie causant de nombreuses victimes. Ramadi, ville irakienne aux mains de l'État islamique pendant plus de huit mois, a été complètement détruite par les bombardements de la coalition anti-Etat Islamique menée par les Etats-Unis et les combats entre miliciens et forces loyalistes irakiennes.

Pendant ce temps, à Alep, les voix préoccupées des frères de la Custodie de Terre Sainte, présents aux côtés des derniers chrétiens de la ville, s’élèvent. La semaine fut en effet sanguinaire. Des pluies de missiles sur les maisons à peine rénovées et des bombes sur les hôpitaux. « Au cours de la messe vespertine du dimanche 1er mai – raconte frère Ibrahim – tant de missiles sont tombés sur les quartiers d’Azizieh et de Ram où nous nous trouvons. Avec une célébration bondée, nous avons réussi tant bien que mal à terminer la messe, ici, en notre église Saint-François. Mais pendant ce temps, frère Bassam (Zaza) et les fidèles de Ram se sont mis à l’abri dans des refuges car la ville a été bombardée quatre fois. Ils sont descendus dans la panique générale après qu’une explosion ait touché le toit de l’église. Nous ne savons pas encore les dommages occasionnés ». Les estimations parlent de près de 250 morts et un nombre indéterminé de blessés pour les seuls neuf derniers jours.

La situation d’Alep, ville située depuis longtemps sur la ligne de front du brutal conflit syrien, était déjà bien critique avant cette attaque. Environ 250.000 personnes se trouvent encore dans la ville. Une seule route est encore ouverte pour entrer et sortir des zones non contrôlées par le gouvernement. La semaine dernière ce sont plusieurs hôpitaux et centres médicaux qui ont été pris pour cible et détruits.

En attendant, le bruit que 5 000 djihadistes seraient entrés de la Turquie vers la Syrie et seraient désormais installés à la périphérie d’Idlib et d'Alep semble se confirmer. Parmi eux, la présence massive de combattants djihadistes du Parti islamique du Turkménistan qui a reçu des armes et des munitions du Front Al Nosra et des Soldats d’Al Aqsa, mouvements composés de Syriens et d’autres nationalités. Des Turcs et des Ouïgours chinois auraient fixé leur siège dans le village d’Al Bawabiya (sud-ouest d'Alep, à deux kilomètres de l'autoroute menant à Damas). Face à la férocité de ces nouveaux combattants musulmans, les résidents n’ont plus que deux possibilités : soit se joindre à leur cause ou se livrer à un long et douloureux exode.

--------------

Pour soutenir les franciscains d’Alep qui ont plus que jamais besoin de l’aide de la communauté internationale vous pouvez faire un don en ligne à la Fondation François d’Assise, relais en France des actions de la Custodie de Terre Sainte. Reçu fiscal avec possibilité de réduction de l’ISF. Pour toute information : fondationfrancoisdassise@franciscains.fr

Les interventions de la Custodie de Terre Sainte en Syrie

Tommaso Saltini, directeur de l'ONG ATS - Pro Terra Sancta, est de retour de Syrie. Il revient sur les actions entreprises par la Custodie de Terre Sainte grâce aux généreux dons recueillis.

Jeûne et prière pour une Syrie à genoux

En ce mercredi 10 février, mercredi des Cendres et début du Carême selon le rite romain, est célébrée la Journée mondiale du jeûne et de la prière pour la paix en Syrie et en Irak. C’est la fondation Aide à l'Eglise en Détresse, qui soutient la vie de l'Eglise, dans les pays où elle est poursuivie ou privée de moyens pour réaliser sa mission. Pendant ce temps les pourparlers avance d'un pas lent et la guerre continue ses ravages.

La fureur islamiste qui abat les églises

En Syrie et en Irak, durant ces quatre dernières années de guerre, il y a eu des dizaines, sinon des centaines, de lieux de culte chrétien détruits ou profanés par des fondamentalistes islamistes. Il y a quelques jours, les télévisions du monde entier ont diffusé des photos satellites du monastère rasé de Saint Elias à Mossoul. Quelle sera la prochaine église à être réduite en morceaux ?

Père Jacques Mourad se livre à la télévision publique anglaise

"J'ai décidé que je devais sortir de Qaryatayn quand j'ai vu de mes propres yeux que la milice de l'Etat Islamique avait détruit le monastère de Mar Elian, duquel j'étais prieur". C'est ainsi que se livre, dans une interview à la BBC, le père Jacques Mourad, prêtre syriaque catholique enlevé par des hommes de l'Etat islamique (Daesh) le 21 mai 2015 et qui a pu s'échapper 12 octobre dernier.

L'église des carmélites de Haïfa rénovée grâce à l'AED

Le 14 février, la branche canadienne de l’Aide à l’Eglise en Détresse a fait savoir que 45 000 $ avaient été versés pour l’église du couvent des carmélites à Haïfa (Israël) qui a pu être reconsacrée le 15 octobre 2018.

Gaza accueille son tout premier étudiant Erasmus

Pas peu fière, l’Université islamique de Gaza a posté le 6 février sur Facebook une vidéo de l’arrivée en ses murs de son premier étudiant occidental, dans le cadre du programme d'échange d'étudiants Erasmus +.

Projet de reconversion d'une citerne byzantine à Jérusalem

Une citerne qui daterait de l’époque byzantine, découverte sous un terrain de jeu en 2005 à Jérusalem pourrait bien devenir la prochaine attraction touristique de la ville sainte. Des discussions sont en cours.

Pourquoi les cours à l'Université de Bethléem sont suspendus

Dans une déclaration publiée le 9 février 2019, l’Université de Bethléem explique avoir suspendu les cours suite aux interruptions répétées du Conseil étudiant à cause d’un litige à propos des frais de formation.